Comment faire main basque

Il a fière allure le nouveau fronton de pelote basque installé dans le quartier Saint-Jean et intégré à la réfection du complexe sportif Jean-Vilar. « Cet équipement répond aux normes officielles, on peut organiser tournois et championnats, et il a également l’avantage de pouvoir faire jouer plusieurs pelotaris à la fois », se réjouit Marc Papillon, secrétaire du club.

Pour autant, la pelote basque va-t-elle attirer un plus large public ? « On ne cherche pas à faire signer des licenciés à tout prix. L’intérêt de la pelote ? N’importe quel débutant peut très rapidement la découvrir et y jouer, poursuit ce passionné. Notamment les enfants qui ont pu s’y adonner ces derniers mois. Une fois de plus, on constate qu’ils sont très vite séduits. »

Il faut savoir qu’il y a 23 jeux différents inclus dans la pelote basque, et qu’on peut y jouer à main nue, avec balle pleine ou creuse, avec chistera ou raquettes plus ou moins épaisses. S’ils ont découvert la pala (raquette en bois), la chistera (forme allongée), ces jeunes sont d’abord dirigés vers la pelote à main nue puis sur la paleta gomme pleine, spécialité de pelote basque la plus connue et la plus simple à appréhender. Elle se joue à deux contre deux, et se pratique sur toutes les aires de jeux. Plus de 120 enfants sont initiés, chaque année, à la main nue dans les écoles primaires de Villeurbanne.

« Et ils sont visiblement heureux de pouvoir se défouler lors des jets de balle (NDLR : de tennis pour la pelote basque loisir). N’oublions pas que la discipline est un sport qui développe adresse, équilibre et concentration. Membres supérieurs et inférieurs sont sollicités, c’est un sport complet. »


Quel tarif ?

Cotisation : 130 euros. Elle inclut l’adhésion au club et la licence de la fédération française de pelote basque.
Pour ceux qui n'avaient pas de licence et qui s'inscrivent à la rentrée, la licence est gratuite de septembre à décembre. On demande 30 euros de cotisation pour la section. En décembre, on peut renouveler pour l'année suivante.

Quel matériel ?

Le pilotari (joueur de pelote) est vêtu d’un pantalon blanc, de chaussures de teinte blanche et du polo du club, blanc avec logo. Aux entraînements, pas de règle stricte.
La pelote est la balle utilisée pour les jeux de pelote basque. Il en existe de différentes tailles, poids et compositions qui varient selon la discipline pratiquée.

Où pratiquer ?

Le club de l’Asvel est le seul à proposer cette activité. Les joueurs
se retrouvent le samedi, le dimanche matin, et en semaine selon les disponibilités.
Siège : 245, cours Émile-Zola

Réagissez

blog comments powered by Disqus

A lire aussi