Témoignage (suite ) : « Nos jumelles sont nées le 29 avril 2020 »

Nous retrouvons Matthieu et Mathilde qui avaient confié leur situation de « futurs parents confinés », le 23 avril. Ils évoquent désormais le tout début de leur aventure familiale, dans un contexte toujours inédit, mais cette-fois, avec leurs deux bébés.
Yaël et Ysïa, à peine nées et déjà complices.

Jumelles ou jumeaux ? Matthieu et Mathilde ne souhaitaient pas révéler la surprise qu’ils attendaient impatiemment. Le suspens est levé : Yaël et Ysïa sont nées le 29 avril 2020, à Bron, à l’hôpital Femme-Mère-Enfant. Neuf jours de maternité ont été nécessaires aux nouvelles venues et à leur maman.

L’accouchement s’est bien déroulé. La maman des jumelles a bien récupéré, quant au papa, il a vécu la naissance en bénéficiant d’un maximum de présences autorisées… Des présences entrecoupées pour raisons de précautions multiples liées au Covid-19. « C’était sport pour nous tous ! », reconnaît Matthieu. « Pour Mathilde qui est restée longtemps confinée dans sa chambre d’hôpital… Un confinement dans le confinement, unique et actif, pour nos filles, qui ont été très suivies, pour moi qui a dû rentrer à la maison et vivre cinq jours sans elles, sans possibilités de les revoir, malgré un besoin essentiel », ajoute-t-il.

Ce trentenaire, du quartier Grandclément, a concentré son énergie à la préparation du nid : ménage, aménagement de l’appartement, cuisine et congélation des plats, etc. « Je suis allé chercher ma petite famille le 7 mai, avec une très très grande émotion ! ». Pour ces parents, prendre le temps de se connaître est une priorité : « Le contexte de pandémie, l’expérience du confinement, les attentions dont nous avons bénéficié, les expériences de nos amis, nous ont fait prendre conscience de la nécessité de vivre cette période en prenant le temps. Il n’y a pas de visites physiques, mais des liens et des conversations téléphoniques très forts, très riches ! », expliquent les parents.

L’heure est au congé paternité : une autre évidence pour Matthieu qui reprendra le chemin du lycée, où il occupe un poste administratif, quand il le faudra. Confiants et pragmatiques, ces parents ont appris à garder la tête froide pendant cette grossesse, plutôt hors-normes et cette constitution familiale qui débute dans un nouveau contexte social. « L’étape d’un déconfinement progressif est bienvenue », conclut le père de famille. « On reste vigilants, et avec de nouveaux horizons… ». 

>> Lire aussi : « Dans quelques jours, naîtront nos bébés… du printemps 2020 », la première partie du témoignage.

 

Réagissez

blog comments powered by Disqus

A lire aussi