En mémoire du génocide des Arméniens

Une foule s’est rassemblée, silencieusement, mardi 23 avril, dès 18 h 30, devant le mémorial du génocide des Arméniens, pour un moment de recueillement et d’hommage aux plus de 1,3 million de victimes entre 1915 et 1917.

En mémoire du génocide des Arméniens

Place Mendès-France, devant le mémorial inauguré en 2005, puis dans les salons de l’hôtel de ville, les participants ont écrit une nouvelle page de la mémoire et de la résistance face au déni des faits historiques. Reconnu officiellement par l’État français, le génocide des Arméniens est à ce jour encore nié par l’État turc qui rejette le terme de génocide et condamne la Journée nationale de commémoration du 24 avril, annoncée par le chef de l’État français, le 5 février 2019, à Paris. Dans ce contexte, Jean-Paul Bret, maire, a redit l’injustice que ce déni et ce mensonge infligeait aux familles des victimes, aux descendants, portant atteinte à la dignité humaine. Jacky Nercessian, comédien, et Astrig Siranossian, violoncelliste, ont mêlé mots et notes pour rappeler la culture d’un peuple meurtri.

En mémoire du génocide des Arméniens

 

En France, ce 24 avril 2019 est la première Journée nationale de commémoration du génocide des Arméniens.

 

Réagissez

blog comments powered by Disqus

A lire aussi