La mission Accueillir a rendu son rapport

Depuis deux ans, la mission Accueillir à Villeurbanne réfléchit autour de l’accueil des migrants. Une soirée de restitution s’est déroulée mardi 9 avril au Rize.
La mission Accueillir à Villeurbanne a rendu son rapport

« L’accueil fait partie de l’histoire, on pourrait même dire de l’ADN, de Villeurbanne », avance Jean-Paul Bret en ouverture de la soirée qui a réuni plus de 150 personnes mardi 9 avril au Rize, à l’occasion de la restitution des travaux de la mission Accueillir à Villeurbanne. Le maire de Villeurbanne a rappelé la réflexion à l’origine de cette initiative : « Le mouvement migratoire est durable. Il est lié aux guerres, aux conditions économiques, au climat… Nous savons que nous allons y être confrontés. C’est donc le croisement de l’histoire locale et des enjeux actuels qui ont conduit à cette mission ».
Le pilotage d’Accueillir à Villeurbanne a été confié voilà deux ans à Cédric Van Styvendael, directeur d’Est Métropole Habitat. C’est lui qui a animé la soirée de restitution. Il a rappelé l’importance de porter à la connaissance des citoyens la réalité des faits pour lutter contre les fake news concernant la question migratoire. Il est aussi revenu longuement sur le travail engagé avec des citoyens, afin que les réponses viennent d’eux. Quatre représentants des 26 membres du jury citoyens étaient d’ailleurs présents sur scène pour exposer leur démarche et les 14 propositions qui ont émergées de leurs travaux. Parmi ces propositions, on trouve la création de lieux-ressources, des dispositifs de recensement pour l'hébergement temporaire, l'installation de bains-douches, un lieu dédié à l'insertion professionnelle... Jean-Paul Bret a indiqué que la Ville étudie actuellement la faisabilité de ces préconisations.

Le maire de Grande-Synthe, grand témoin de la soirée

Damien Carême, maire de Grande-Synthe, était invité à la soirée de restitution. L’élu du Nord a été directement confronté à l’accueil de migrants tentant de rejoindre l’Angleterre. Avec Médecins sans frontières, il est à l’origine de la création dans sa commune d’un camp qui comprend des tentes chauffées, des douches, un centre de soin… « En entrant au Rize, j’ai vu la phrase de Saint-Exupéry “Une démocratie doit être une fraternité ; sinon, c’est une imposture”. C’est bien de cela qu’il s’agit ici ! Comme l’a dit Jean-Paul Bret, la question des migrants n’est pas un problème conjoncturel mais structurel. Les migrations vont être de plus en plus importantes. Mais pour moi, il n’y a pas un problème des migrants mais un problème de l’accueil. On oublie un peu vite que 50 millions d’Européens ont immigré en Amérique du nord et du sud au 19e siècle… » Il a salué « l’expérience exemplaire » menée par la mission Accueillir à Villeurbanne.

Plus d’infos sur la mission et le jury citoyen sur https://accueillir-villeurbanne.fr/

Réagissez

blog comments powered by Disqus

A lire aussi