Jean-Paul Bret écrit aux adhérents et supporteurs de l’Asvel

Après l'annonce par Tony Parker de l'abandon de son projet d'aréna à Villeurbanne, le maire Jean-Paul Bret a adressé un courrier aux adhérents et supporteurs de l’Asvel afin de réaffirmer l'attachement de la ville au club, mais aussi l'ancrage et l'implication de l'Asvel sur le territoire de la ville.
Jean-Paul Bret écrit aux adhérents et supporteurs de l’Asvel
"Madame, monsieur,

Jean-Michel Aulas et Tony Parker viennent d’annoncer samedi dernier une alliance financière entre OL Groupe et la SASP Asvel Basket. Ce partenariat s’accompagne du lancement d’un projet de salle événementielle à Décines, dans laquelle le club pourrait jouer la plupart de ses matches d’Euroligue à l’horizon 2024. Bien que les dirigeants de l’Asvel ne l’aient pas dit ouvertement, ce rapprochement avec l’OL les a conduits en toute connaissance de cause à renoncer à leur aréna sur le site Georges-Lyvet à Villeurbanne. Un projet privé qu’ils ont pourtant initié, qui était sur le point d’aboutir et que la ville de Villeurbanne et la Métropole de Lyon ont accompagné depuis plusieurs années.

Cette annonce n’est pas une surprise, tant la position de l’Asvel était ambiguë depuis plusieurs mois, entre urgence de disposer d’une salle en 2022 et manque d’engagement pour faire aboutir le projet. Avec la Métropole nous avons «  mis en demeure » les dirigeants de clarifier leur position. Fin 2018, l’accord avec un exploitant fiable et reconnu – Legends – marquait une avancée significative du projet. L’entrée dans le jeu de Jean-Michel Aulas avec son projet de salle près du Groupama Stadium et le rapprochement avec l’Asvel ont conduit Legends à se retirer, obérant ainsi la faisabilité financière de la M Aréna. Tony Parker m’avait confirmé l’abandon du projet à Villeurbanne au cours d’une rencontre en mairie en mai dernier.

C’est une décision que je regrette tant sur le fond que sur la manière assez désinvolte avec laquelle les dirigeants de la SASP Asvel Basket ont, en plein milieu de la partie, changé les règles du jeu, sans respect pour tout le travail réalisé. En effet, les collectivités locales, la Ville et la Métropole de Lyon, ont toujours été au rendez-vous pour accompagner les dirigeants du club et leurs partenaires : le foncier du stade Georges-Lyvet a été libéré et rendu disponible. Les services municipaux se sont mobilisés pour construire dans les délais les nouveaux équipements indispensables aux clubs de rugby et pour étudier les aménagements urbains nécessaires à un tel équipement. Une fois le Plan local d’urbanisme adopté en mai, tout était donc prêt pour le dépôt du permis de construire. Mais les porteurs de projet n’ont pas réussi à garantir le financement privé de cette opération et ont préféré changer de stratégie en faisant le choix d’une alliance financière avec Jean-Michel Aulas.

Bien sûr, je me réjouis néanmoins que le club reste à Villeurbanne puisqu’il ne sera pas, a priori, club résident de la future grande salle. Pour autant, les conventions qui le lient à la Ville seront redimensionnées pour les prochaines années, tenant compte du partenariat avec l’OL. L’utilisation de l’Astroballe ne devrait pas être remise en cause dans son principe par la Ville mais le contrat de prestation devrait être réorienté et renégocié pour garantir la visibilité et l’ancrage du club à Villeurbanne. C’est un point sur lequel je serai très attentif. Plus globalement, ce contexte et les évolutions de l’actionnariat du club conduiront inévitablement, dans les mois qui viennent, à revoir le partenariat financier avec la Ville.

Ces éléments ont été largement rendus publics ces derniers jours mais je tenais à m’adresser à vous, acteurs engagés du basket à Villeurbanne. Si l’on peut comprendre que l’Asvel cherche les moyens de son développement, fasse le choix du sport business et de ses logiques financières, en aucun cas les liens historiques du club avec la ville ne doivent être remis en cause.

L’Asvel n’aurait pas été l’Asvel sans le soutien constant de la Ville de Villeurbanne et des Villeurbannais. Les dirigeants actuels sont, d’une certaine manière, comptables de cet engagement passé et actuel.

Je souhaite aussi garantir que le club continue à exercer l’essentiel de ses activités à Villeurbanne. La convention entre l’association Asvel et la SASP Asvel Basket (le club professionnel) doit être renouvelée à partir du 1er juillet 2019 pour une durée de 15 ans. J’ai demandé que la convention intègre dans l’un de ses articles l’ancrage et l’implication sur le territoire villeurbannais. En l’état actuel, l’Asvel et son équipe pro pourraient déménager et jouer dans n’importe quelle autre ville !

Les dirigeants du club ont déclaré vouloir poursuivre leur activité à Villeurbanne mais, dans une logique financière, les stratégies d’actionnaires peuvent changer d’ici 2034. D’où l’importance d’une clause stipulant que l’essentiel des activités et notamment des matches auront lieu à Villeurbanne comme c’est le cas depuis 1948. Pierre Grall, nouveau président de l’association a été saisi de cette demande et les représentants de la Ville l’ont portée lors de l’AG de l’association. Le développement de l’élite, de la compétition, ne doit pas se faire au détriment de l’engagement dans l’accueil des plus jeunes, filles ou garçons.

Je serai vigilant à ce que le soutien de la Ville à l’Asvel, et plus globalement aux clubs de basket de notre territoire, continue de tenir compte de l’attention prêtée à ces jeunes, à celles et ceux que les logiques de sélection précoces ne doivent pas écarter.

Je sais pouvoir compter aussi sur vous pour garder cet état d’esprit.  

Je connais l’implication des bénévoles, indispensable au fonctionnement des clubs amateurs et je souhaitais vous en remercier.

Je vous prie de recevoir, madame, monsieur, mes salutations les meilleures".

 

Réagissez

blog comments powered by Disqus

A lire aussi