Ils se marièrent et eurent beaucoup de … respect !

Le bonheur des uns provoquerait-il l’agacement des autres ? En saison haute – mai-juin-juillet – les cérémonies de mariage se succèdent à la mairie, avec, parfois leurs cortèges de bruits et d’incivilités, au grand dam des riverains et des agents municipaux. Face à cette situation, la mairie s’organise.
Ils se marièrent et eurent beaucoup de … respect !

Pour chaque couple, la journée du mariage est un moment  attendu et unique. Cette caractéristique donne parfois aux concernés, et à leur entourage, le sentiment de pouvoir tout s’autoriser. Si de nombreuses cérémonies se déroulent dans le respect des lieux, des personnes et de l’espace public, d’autres jouent la carte de l’excès, entre le sans-gêne et l’incivisme avéré. Recourir à une musique forte, stationner anarchiquement, klaxonner sans discontinuer, font partie des débordements qui exaspèrent. La pression s’exerce sur le voisinage, les commerçants mais aussi sur la police municipale, en charge de la circulation et du stationnement.

En salle du conseil municipal, au deuxième étage de l’hôtel de ville, à quelques mètres de l’orgue et du drapeau tricolore de l’artiste Patrick Raynaud, les mariages se suivent, sans se ressembler… Jusqu’à 15 cérémonies en une seule journée. En 2018, quelque 566 mariages ont été célébrés. Et pas moins de 658 Pacs (pactes civils de solidarité). Certains mariages ont lieu en semaine, le nombre d’invités peut rapidement dépasser la soixantaine… Souvent, le volume sonore explose, sans que personne n’ait l’impression d’être « trop bruyant » !     

Dans ce contexte, la Ville met en place, depuis deux ans, des entretiens “pré-mariages”. Deux fois par an, les futurs couples villeurbannais sont invités à rencontrer, à la mairie, des élus et des agents de la Ville, en vue de leur cérémonie. La prochaine session aura lieu mercredi 22 mai. Au programme de ce rendez-vous avec les futurs mariés: information sur l’organisation de la cérémonie, les possibilités de parking, la nécessité d’être à l’heure et de respecter les lieux et les alentours. « Par cette rencontre, le couple sort de l’anonymat et peut bénéficier, le jour venu, d’une cérémonie personnalisée », explique Dominique Balanche, adjointe au maire à la Qualité du service public.

 

Réagissez

blog comments powered by Disqus

A lire aussi