[LA PAUZE] - Festival street-art et réalité augmentée : Peinture Fraîche

Quel est le point commun entre une bouteille de Coca-cola de 5 mètres en lego, un Mario-R2D2 et un mini opéra recouvert de tags ? Le festival Peinture Fraîche !

Ce vendredi, les membres de la Pauze se sont rendus à ce festival innovant, mêlant street-art et réalité augmentée.
Cet événement se déroule à la halle Debourg près de l’arrêt de métro éponyme et a lieu du 1er octobre au 7 novembre.

C’est dans un immense hangar que les visiteurs sont amenés à découvrir une multitude d'œuvres différentes : de la peinture murale, des tableaux, des bornes de jeux vidéo caritatifs, ou encore des œuvres expérimentales.

De nombreux thèmes sont abordés: l’écologie, le regard féminin ou encore les jeux vidéos et les nouvelles technologies.

Dans ce festival qui ne se restreint pas à être une simple exposition d’art urbain, il est possible et même recommandé de télécharger une application du nom de « Peinture Fraîche Festival #3 » qui permet devant certaines œuvres de voir un timelapse du procédé de création, ce qui apporte un regard totalement différent du point de vue du spectateur et rend cette exposition « vivante ».

Quand on entre dans le hangar, on ne sait pas où regarder, peu importe où on se tourne, on tombe sur une œuvre immense qui retient notre attention. Les visites fonctionnent par créneaux de deux heures et c’est certainement le seul point négatif du festival, car on a envie de rester plus !

A « Peinture Fraîche » il y a à voir et à faire. On regarde, on admire des peintures murales démentes, on prend le temps d’apprécier les étapes de la création grâce à l’appli. On poursuit son chemin et on tombe sur des bornes d’arcade ; alors on joue au flipper, à Pac-Man ou encore à Street Fighter. On se creuse la tête pour essayer de comprendre par quel effet d’optique on ne peut voir clairement certaines œuvres que sur notre téléphone. On s’arrête devant une série de tableaux qui sensibilise à la lutte contre le cancer du sein en ce mois d’Octobre rose. Arrivés à la boutique, on prend quelques instants pour dénicher une photo, un livre, un t-shirt ou des cartes postales sérigraphiées sur le stand dédié. Et on finit par sortir pour aller graffer sur le mur d’expression libre et laisser sa petite empreinte dans l’histoire de cette troisième édition de Peinture Fraîche.

Sarah, Marie, Théo

A lire aussi