L’encadrement des loyers : « une mesure d’équité et de justice »

Cédric Van Styvendael, maire de Villeurbanne, s'est exprimé sur la candidature, déposée ce lundi 5 octobre par le conseil de la Métropole de Lyon, pour l'expérimentation de l'encadrement les loyers à Lyon et Villeurbanne pour une période de 5 ans.

Réunis en séance ce lundi 5 octobre, les élus de la Métropole de Lyon ont voté le dépôt de candidature auprès de l'Etat afin de permettre l'expérimentation de l'encadrement des loyers à Lyon et Villeurbanne. « Je me réjouis que la Métropole s’engage dans une démarche d’encadrement des loyers », a déclaré Cédric Van Styvendael, maire de Villeurbanne, à la sortie du conseil métropolitain. « En dix ans à Villeurbanne, ils ont augmenté de 65%, bien plus rapidement que la moyenne nationale. Dans certains secteurs, les prix pour les petites surfaces dépassent parfois 20 euros / m² par mois, avec une moyenne de 15,70 euros. Certains grands appartements sont divisés en colocations pour être loués plus cher. Impossible pour les habitants les plus modestes de faire face à une telle flambée des prix. Consacrer plus de la moitié de ses revenus pour payer son logement est inacceptable ! »

Pour le maire, il ne s’agit pas mettre en difficulté l’économie générale de la chaîne de production du logement mais de donner un signal fort pour rétablir la primauté de l’intérêt général sur la libéralisation du marché qui a permis ces dérives. 

« L’encadrement est une mesure d’équité et de justice. Le logement n’est pas un bien comme les autres ! Il est nécessaire à la protection, à l’intimité, à la vie familiale, à l’enracinement local. Il répond à des besoins fondamentaux, mais il représente aussi un droit fondamental, dont les collectivités publiques se doivent d’être les garantes. Pour être efficace, cette mesure doit nécessairement s’accompagner d’outils d’observation et de contrôle. Elle doit s’inscrire dans une politique globale qui s’attache à renforcer l’offre de logement abordable, s’attaquer aux centrales de réservation de type Airbnb , réhabiliter les logements les plus énergivores… », poursuit Cédric Van Styvendael.

« Je souhaite maintenant que la demande conjointe des villes de Lyon, Villeurbanne et de la Métropole de Lyon soit validée par l’Etat », revendique le maire de Villeurbanne.

 

A lire aussi