Nathalie Batail - L’imagination au pouvoir

  • Nathalie Batail
Nathalie Batail est professeure-documentaliste, en poste au centre de documentation et d’information(CDI) du lycée des métiers Marie-Curie depuis 5 ans. Son combat quotidien : faire découvrir et apprécier la culture aux élèves.

Une pièce claire, confortable, chaleureuse, des revues et des livres sur les étagères… Le Centre de documentation et d’information(CDI) du lycée des métiers Marie-Curie a des atouts pour attirer les 350 élèves de cet établissement professionnel, qui se préparent aux métiers du service et du soin à la personne, de la petite enfance, du commerce et de la vente. Nathalie Batail « règne » sur cet univers, épanouie, heureuse d’être là. Il suffit d’un coup d’œil à son agenda pour être conforté dans cette idée : les rendez-vous prennent les couleurs de l’arc-en-ciel, notés au feutre bleu, vert, rose… Un vrai tableau ! « Mon ambition ? Que les élèves viennent au CDI avec plaisir et naturel. Ici, c’est l’espace de tous les possibles, ouvert, vivant. Je passe du temps à le désacraliser, à essayer de faire tomber l’image de lieu « pour les intellos », à leur donner confiance. Et ça marche : ils et elles poussent volontiers la porte, pour faire des recherches, emprunter un livre, parler… »

« A Villeurbanne, la culture n’est pas réservée à une élite »

Professeure, confidente et référente « culture », rôle auquel la jeune femme, mère de jumelles de 6 ans, se consacre avec un enthousiasme qui n’a pas faibli en cinq ans, depuis qu’elle occupe ce poste. « Avant la crise sanitaire, on sortait plus facilement mais depuis c’est la culture qui vient à nous, à raison d’une à deux séances par mois. Rencontres avec des écrivains, ateliers-radio, théâtre, fabrication de livres reliés… La liste est longue et variée. Je m’appuie beaucoup sur les structures villeurbannaises : réseau de lecture publique, Urdla, Institut d’art contemporain, TNP… Dans cette ville, la culture n’est pas réservée à une élite », se réjouit cette habitante du quartier Gratte-Ciel. « Je me sens utile, Comme le jour où on a emmené les élèves à l’opéra. C’était intense ! C’est le fruit d’un travail collectif, ici les professeurs ont l’habitude de travailler en équipe et de mener des projets communs. C’est hyper enrichissant. » Avant d’arriver au lycée Marie-Curie, Nathalie Batail travaillait dans un lycée hôtelier. « J’aime les lycées « pro ». Je me sens vraiment utile. On a trois ans pour ouvrir l’esprit de ces jeunes, les faire lire, s’exprimer, s’interroger, ressentir des émotions et leur montrer que la culture « c’est pas pour les intellos »…

En exergue
Du 21 au 26 mars, aura lieu la semaine de la presse. « J’animerai des séances pédagogiques autour de la presse, même si j’en fais tout le temps. L’éducation aux médias et à l’information fait partie de mes missions. Apprendre à utiliser une revue, décrypter l’info, analyser la qualité d’une source, déceler un argument fallacieux… » Une mission importante voire essentielle.

A lire aussi