Un jardin secret relie l'IAC et la résidence Gustave-Prost

Il aura suffit de faire tomber une clôture pour réunir les jardins de l'Institut d'art contemporain de Villeurbanne et la résidence Gustave-Prost. Quelques aménagement plus tard, ce lieu de vie et de partages a été inauguré jeudi 13 juin.

C'est un petit secret bien gardé, à deux pas du Totem. A l'arrière de la résidence Arpavie Gustave-Prost, les 89 résidentes et résidents profitaient d'un petit jardinet. Mais une clôture coupait en deux la parcelle adossée à l'Institut d'art contemporain de Villeurbanne... Une réflexion commune aux deux structures a permis de faire tomber le mur. Une convention signée, la clôture enlevée par les services de la Ville et le terrain était libre que l'intégralité du jardin soit prêt à être réinventé.

"Le lieu avait besoin d'être repensé. L'allée centrale a été élargie, nous avons accueilli de nouvelles plantations et des potagers ont été installés dans des bacs surélevés", explique Dominique Balanche, directrice de la résidence Gustave-Prost, qui a pu financer les travaux grâce à un appel à projet (la Carsat a versé 57 000 €). Le jardin, plus spacieux désormais, accueillera les activités de la résidence, mais également le personnel de l'IAC. Au-delà de ces temps de rencontres informels, des projets de collaboration sont à l'étude. "Nos liens sont anciens. En 1994, l'artiste Yan Pei-Ming avait peint cinq vieilles dames de la résidence. Un de ces portraits a été conservé et nous l'avons exposé pour que les résidents puissent l'admirer", explique Nathalie Ergino, directrice de l'IAC, qui a profité de l'inauguration du jardin pour organiser une visite guidée spécialement pour la résidence. "Nous aurons d'autres collaborations. Partager un lieu, c'est l'occasion de tisser des liens de proximité nouveaux, de se projeter dans de nouvelles créations transgénérationnelles". Ce point d'ancrage permettra aussi des possibilités nouvelles d'ouverture sur le quartier.

 

Dominique Balanche, directrice de la résidence, avec à gauche Jean Verney-Caron et Nathalie Ergino (IAC), Agnès Thouvenot, adjointe à la santé et aux luttes contres les discriminations. A sa droite, Claire Le Franc, adjointe aux Solidarités, handicaps et politique de la ville.

Avant la visite de l'IAC, les résidents ont déjeuné tous ensemble, rejoint par le maire Jean-Paul Bret. Au menu du repas, les premières salades de leur potager. Une autre forme de culture.

 

Réagissez

blog comments powered by Disqus

A lire aussi