En mémoire des familles Rubin et Ast, victimes des persécutions nazies

Des passants, des habitants, des enseignants, des historiens, des collégiens, se sont recueillis devant la plaque, en hommage aux familles Rubin et Ast, victimes du nazisme, située 112 rue Anatole-France, où des membres de ces deux familles avaient été arrêtées.

 Parmi les participants de cette cérémonie officielle, ce 5 mars, une cinquantaine d’élèves venus de loin, en car. Ils connaissent très bien les familles Rubin et Ast : depuis trois ans, un travail de mémoire considérable a lieu dans leur collège Victor-Duruy, à Châlons-en-Champagne. Un travail effectué à partir de documents d’archives, dont des lettres écrites par Solange Ast. « Solange Ast avait été élève, avant la guerre, dans cet établissement alors réservé aux filles. Nous avons beaucoup appris de cette histoire personnelle et réfléchi à son caractère universel », explique Christèle Lomer, enseignante, à l’initiative de cette démarche dont la portée pédagogique s’étend d’année en année. Les élèves ont récemment participé à une notice du dictionnaire biographique des déportés de Dora, dont la sortie est prévue au printemps.   

En mémoire des familles Rubin et Ast, victimes des persécutions nazies
En mémoire des familles Rubin et Ast, victimes des persécutions nazies

Réagissez

blog comments powered by Disqus

A lire aussi