Confinement : parler aux enfants et organiser le temps, les conseils d'une psychologue

Elise Guettal est psychologue à la direction de la Petite enfance de la ville de Villeurbanne. Elle nous livre ses conseils aux parents pour aider leurs enfants à comprendre le confinement, à l’accepter le mieux possible et à occuper les journées.

Expliquer sans inquiéter

Les enfants sont des êtres d’habitudes, aussi est-il important de leur expliquer avec des mots simples et dès le plus jeune âge ce qu’il se passe : il y a une maladie qui touche les adultes et pour l’éloigner il faut respecter les consignes en restant chez soi. Faisons leur comprendre que ce n’est pas une punition mais que c’est un moyen de protéger les autres et qu’ils y participent. Les plus petits peuvent avoir des réactions physiques, troubles du sommeil, de l’alimentation… Essayons au maximum de ne pas leur transmettre d’anxiété en ne regardant pas les chaînes d’information continue en leur présence, par exemple. Parlons-en oui mais si, une fois que c’est fait, un enfant ne pose pas de questions, ne le submergeons pas d’informations.

Structurer le temps et l’espace

Les rituels sont essentiels pour les enfants, surtout les tout-petits. Il faut donc structurer le temps et ne pas faire comme si on était en vacances. Respecter les heures de lever et de coucher, de repas, se laver, s’habiller… C’est plus facile pour les plus grands dès qu’il y a des consignes scolaires. Organiser des coins, autant que possible, est bénéfique : dessin, construction, activité physique. Les activités des petits ne durent pas plus de 10 minutes, il pourront ainsi  passer de l’une à l’autre. Il y a beaucoup de parents isolés, je dirais qu’il est indispensable pour eux de pouvoir souffler : se lever une demi-heure plus tôt pour s’accorder un peu de temps par exemple… On peut aussi sortir autour de chez soi en privilégiant les heures creuses et les rues désertes. Et là il faut courir à fond, les parents aussi !

Inventer des activités

L’heure est à l’imagination. Tout le monde n’a pas beaucoup de jouets chez soi. Des lentilles dans un tupperware font des maracas, des chaussettes roulées en boule des balles, de la maïzena avec un peu d’eau devient de la pâte magique, un grand carton un espace pour se cacher, des morceaux de tissu différents seront des textures à découvrir… On trouve des histoires à raconter sur Internet, on peut en inventer aussi, créer des personnages qui nous accompagneront pendant cette période… Et un seul livre peut être lu et relu d’innombrables fois !

Et les écrans ?

Il est évident qu’on ne peut pas les supprimer en ce moment. Il faut néanmoins rester vigilants sur ce que les enfants regardent, l’inscrire dans un planning, notamment pour les parents isolés, limiter le temps passé et proposer autre chose chaque fois que cela est possible. 

 

A lire aussi