IMMOBILIER - Le bail réel solidaire arrive et facilite l’accès à la propriété

Le bail réel solidaire fait son apparition en France et Villeurbanne est l’une des premières villes concernées. Avec ce système, les acheteurs – sous conditions de ressources - paient le bâti, pas le foncier.

C’est l’un des premiers immeubles de ce type à avoir été livré en France et le premier de la région. La résidence Le Mazet, 24 rue Gervais-Bussière, intègre 13 appartements en bail réel solidaire, tous occupés. Le principe est simple et encore inédit : les acheteurs – aux revenus modestes – achètent le bâti et pas le foncier, pour lequel ils paient un loyer au propriétaire du terrain. Ici c’est l’organisme de foncier solidaire Orsol, fondé par le bailleur social Rhône Saône Habitat. A l’heure où les prix de l’immobilier ne cessent de grimper, ce dispositif permet de bénéficier d’une accession sociale et sécurisée à la propriété. Et des mesures anti-spéculatives permettent de garantir dans le temps la vocation sociale des logements, l’acquéreur ne pouvant pas réaliser de plus-value à la revente. Cédric Van Styvendael, maire de Villeurbanne, encourage l’arrivée de ce dispositif : « Nous souhaitons mobiliser tous les leviers qui permettent de réguler les prix des logements et de ne pas laisser le foncier à la spéculation. L’objectif est de développer ce dispositif, il y en aura dans la Zac des Gratte-Ciel et la Métropole prévoit d’en créer 1000 par an ».

Parmi les nouveaux propriétaires, Prysilia Ferret et sa famille, qui  ont emménagé début mai dans un appartement de 83 m2. Le  bien leur a coûté 247 000 euros + une redevance mensuelle de 109 euros payée à Orsol. « Nous n’aurions jamais pu acquérir une telle surface en centre-ville autrement, témoigne la jeune femme. Quand on parle du dispositif de bail réel solidaire autour de nous, les gens sont un peu surpris mais trouvent ensuite que c’est une très bonne idée. Je suis très contente de cette possibilité qui nous a été donnée. »

Le bail réel solidaire arrive et facilité l’accès à la propriété

 

A lire aussi