DÉPART - Fernanda Leite se souvient !

A la tête du CCO depuis plus de 20 ans, Fernanda Leite, figure incontournable de la vie culturelle villeurbannaise, a transmis la direction de l'équipement et de son projet La Rayonne à Harout Mekhsian. Elle se souvient de trois moments qui ont marqué son aventure villeurbannaise et façonné l'identité du CCO.

« En 2002, la Biennale de la danse avait pour thème « les chemins de la liberté » à l’occasion d'une année sur l’Amérique Latine. Le Défilé de la Biennale de la Danse était organisé par le CCO, il y avait des costumes fabriqués pour l’occasion qui étaient magnifiques.  La chorégraphe brésilienne Vera Lopez est venue à Villeurbanne pour une résidence de 6 mois au CCO et a fait un travail extraordinaire. Nous avions occupé à ce moment-là une friche à Saint-Jean, une ancienne école, là où sont les Puces aujourd’hui. Il y avait des gens du voyages qui vivaient en mixité avec les habitants du quartier. Des femmes du quartier ont voulu tester la mise en place d’un restaurant. C’était un magnifique projet avec une belle mixité.
 
En 2013, à l’occasion des 50 ans du CCO. C’était un moment très fort où nous avons réuni plusieurs générations autour d’un même lieu pour comprendre ce qui nous animait tous. On a pu rencontrer Jean Latreille qui est le fondateur du CCO et qui était encore vivant. On a pu associer l’ensemble des parties prenantes du CCO pour faire une réflexion sur ce qui était le projet du CCO. Avec la rédaction d’un booksprint, une vingtaine de personnes ont écrit en une semaine un livre sur ça. Il y a eu une galaxie temporelle créée par Christine Firmini sur les moments forts vécus par les gens autours du CCO. Une équipe de chercheurs pluridisciplinaires s‘est mise à travailler sur les archives et sur les relations interculturelles qui composent le CCO aujourd’hui. C’est le patrimoine des personnes qui compose l’histoire du CCO. On était dans un moment de peur, de doute, on devait déménager et on nous retirait notre outil de travail. On a dû trouver la force pour rebondir et on a commencé à imaginer à ce moment-là un "CCO Augmenté", qui est devenu "La Rayonne".
 
Fin 2016, l’arrivée des ressortissants de la jungle de Calais qui ont été hébergé dans la friche Autre Soie. J’ai ressenti à ce moment-là que c’était le signal que le CCO devait aussi aller occuper cette friche pour commencer à faire vivre le lieu avec ces personnes. Une recherche-action intitulée « Palimpseste, la fabrique de l’urbain » est née à cette occasion. Elle fait trace des transformations d’un morceau de ville et des chemins de la co-construction d’un équipement avec son territoire. »

 

 

 

 

 

A lire aussi