CULTURE - Le musée des Confluences s’exporte à l’école Louis-Pasteur

Partenaire de Villeurbanne Capitale française de la culture, le musée des Confluences va installer tout au long de l’année ses cabanes à histoires dans différents lieux et quartiers de la ville. L’inauguration se tenait le 31 mars, à l’école Louis-Pasteur.

Avec les dessins de baleines affichés sur ses murs et ses colonnes bleues, le préau de l’école élémentaire Louis-Pasteur a pris des airs d’océan. Au fond de la pièce, des sons s’échappent d’une cabane en forme de cube. A l’intérieur, la voix d’une petite fille inuit raconte sa relation aux êtres vivants, à la nature, et en particulier à la baleine et à sa chasse. « C’est la cabane des premières : première à Villeurbanne, et première dans un établissement scolaire », se félicite Hélène Lafont-Couturier, directrice du musée des Confluences, venue inaugurer ce 31 mars un dispositif hors les murs permettant d’aller à la rencontre de nouveaux publics sur le territoire métropolitain : les cabanes à histoires.
 
Pendant trois mois, les élèves et leurs familles vont pouvoir s’immerger dans cette bulle sonore. Pour célébrer ce top départ, la directrice du musée et le maire de Villeurbanne, Cédric Van Styvendael, sont reçus en chanson par des élèves du périscolaire et de l’école maternelle. Leurs camarades de CP prennent la suite en récitant la poésie « Un poisson d’avril », de Boris Vian. « Nous sommes très heureux d’accueillir ce petit bout de musée dans nos différents quartiers », souligne le maire de la ville. Après Louis-Pasteur, la cabane poursuivra son séjour villeurbannais à l’EHPAD Henri Vincenot, puis à l’INSA et enfin au Médipôle. « L’objectif, c’est aussi de donner envie de venir au musée », précise Hélène Lafont-Couturier. Les équipes de la mairie et du musée des Confluences prévoient déjà d’offrir deux billets aux enfants pour les inciter à faire le déplacement en famille.

A lire aussi