[VIDÉO] CANNE DE COMBAT - La canne revient en force

Depuis la rentrée, une nouvelle activité est venue enrichir l'offre sportive déjà riche proposée aux Villeurbannais : la canne de combat, sport méconnu, original et spectaculaire.

À voir évoluer les pratiquants de la canne de combat, on pourrait se croire propulsé dans un épisode de la saga Star Wars. Sauf que les combattants, appelés cannistes, utilisent un bâton de châtaignier long de 95 cm au lieu d'un sabre laser. Ils enchaînent alors voltes, sauts, feintes, décalages et changements de main avant de toucher.
Cette discipline, dont les origines remontent au Moyen-Âge, pourrait s'apparenter à de l'escrime ou à de la capoeira. « Mais le principe est le même qu'en boxe française, souligne Quentin Lelong, président et moniteur du club récemment créé à Villeurbanne, le seul dédié à la discipline en Auvergne-Rhône-Alpes. Il faut toucher son adversaire sans se faire toucher. Aucun coup n'est donné pour faire mal. Il n'y a par conséquent jamais de KO », ajoute celui qui est classé neuvième de la discipline au plan national.
Accessible à tous les profils, la canne de combat, qui était inscrite au programme des Jeux olympiques de Paris en 1924 comme sport de démonstration, nécessite de savoir maîtriser six attaques codifiées : brisé, latéral extérieur, latéral croisé, enlevé, croisé tête et croisé jambe. Celles-ci ont pour but de toucher trois zones bien définies : tibias et mollets, flancs et tête. « La gestuelle est un peu compliquée à appréhender, mais on peut réaliser de très jolies choses au bout d'une année de pratique », assure Quentin Lelong, qui a déjà réussi à fidéliser une vingtaine de pratiquants.

 


EN PRATIQUE

Où pratiquer ?
Les entrainements dispensés par les moniteurs du Villeurbanne canne de combat et bâton () ont lieu les mercredis, de 18 h 15 à 19 h 45 au gymnase de l'école Jean-Jaurès (35, rue Lafontaine), et les vendredis, de 19 h à 20 h 30 au complexe sportif de l'UFR STAPS, sur le campus de la Doua (4, avenue Claude-Bernard).

Quel tarif ?
Le prix de la cotisation, qui comprend la licence à la fédération française de savate boxe française et disciplines associées ainsi que la fourniture d'une canne, s'élève à 160 € (110 € pour les étudiants et les demandeurs d'emploi). Trois cours d'essai sont proposés avant l'inscription.

Quel matériel ?
Dans le cadre d'une pratique loisir, une tenue classique de sport est suffisante ainsi que des protège-tibias. En compétition, il est obligatoire de porter un masque d'escrime, une veste, un pantalon et une paire de gants, tous matelassés.
 

 

 

Réagissez

blog comments powered by Disqus

A lire aussi