CONFINEMENT - Quand les centres sociaux se démènent !

Ils étaient sur la brèche pendant le premier confinement, ils se démènent en cet automne hors-normes pour maintenir liens et certaines activités, selon le décret gouvernemental du 29 octobre 2020 qui fixe le cadre actuel. Les centres sociaux restent au plus près des familles. Petit tour d’horizon.

Pas moins de 1000 familles en lien avec la Maison sociale de Cyprian-Les Brosses… Plus de 400 en contact étroit avec le centre d’animation Saint-Jean, ou encore 650 au centre social de la Ferrandière : les chiffres de « fréquentation en temps ordinaires » sont éloquents dans les six centres sociaux de Villeurbanne. Comment centres sociaux et familles adhérentes restent en lien en ce début de confinement ? Pour Olivier Brunaud, délégué de la Fédération des centres sociaux du Rhône, « dans le respect des décrets gouvernementaux liés au contexte sanitaire, les enjeux de maintien de certaines activités et des liens avec les familles sont majeurs. Malgré l’incertitude et les contraintes, les centres sociaux restent présents ». De leur côté, personnels d’accueil, chargés d’animation et directions prennent les précautions nécessaires, à l’unisson : « Les inscriptions par téléphone sont indispensables et le mieux est de nous contacter car ça bouge et on va continuer de s’adapter, au fil des semaines !».

En cet automne très perturbé, les structures qui accueillent d’ordinaire toutes les générations, soutenant les initiatives et favorisant les rencontres, sont chamboulées, mais en mesure de décliner ce qui est maintenu... On retient que les crèches et halte-garderie des centres sociaux sont maintenues, de même que les accueils de loisirs pour les enfants, le mercredi. L’aide à la scolarité, après l’école, est également organisée. Sébastien Chieze, directeur du centre social de la Ferrandière, précise également que « les activités de soutien à la parentalité ont lieu, avec les vigilances adéquates ». Concernant les ateliers d’aide à la recherche d’emploi, elles ont lieu via le téléphone, avec les conseillers habituels. Au centre social des Buers, comme dans les autres centres, les équipes sont sur le pont pour un accueil téléphonique engagé pour répondre aux multiples questions du moment. « L’accès au droit, l’aide administrative et le soutien à l’insertion demeurent des priorités pour les centres sociaux » rappelle, entre autres, Nicolas Bouilloux, directeur du centre social de Cusset.

Le saviez-vous ?
A Villeurbanne, les centres sociaux représentent plus de 15 000 usagers réguliers, emploient 385 salariés et plus de 22 000 heures de bénévolat y sont effectuées chaque année…

 

A lire aussi